Blog Archives

Hey! bonjour, moi, c’est Sam.
Agé de 10 ans, j’ai été accidenté et ai le bassin fracturé . Malgré tout mon courage et tout mon amour, j’ai été abandonné et suis un coeur à prendre…
J’ai tellement d’amour à vous donner, et à recevoir!
Je vous attends patiemment au cabinet vétérinaire de Soumage, merci!

IMG_1463

La gestation chez la chienne

Dès l’apparition des premières chaleurs, marquant la puberté et l’acquisition d’une croissance suffisante, la chienne peut entrer en gestation. Cependant, il est conseillé d’attendre la fin de la croissance de la chienne qui continue après la puberté avant de la faire porter.

Il est donc couramment conseillé d’attendre le troisième cycle pour commencer sa mise à la reproduction. La puberté n’arrive pas au même âge selon la taille et la race du chien : elle est plus précoce chez les petits chiens et plus tardive chez les chiens de grande taille. Ainsi, l’apparition des premières chaleurs peut se faire dès 5 mois chez les races de petite taille, 6 mois pour les races moyennes, 12 mois chez les grandes races et 18 mois chez les races géantes.

Mieux comprendre le cycle sexuel de la chienne : durée et phases

Son cycle sexuel  est particulier, il est centré autour des chaleurs pendant lesquelles la chienne ovule et peut être saillie par le mâle. Afin de mieux comprendre le cycle sexuel canin, on a coutume de le décomposer en 4 étapes :

–       le début des chaleurs, également appelé pro oestrus. Pendant cette phase durant de 3 à 17 jours, la vulve  est gonflée et laisse échapper des pertes contenant du sang. Ces pertes peuvent être plus ou moins abondantes selon les chiennes. Chez certaines, elles sont pratiquement inexistantes et peuvent passer inaperçues. Pendant cette phase, la chienne attire les mâles comme des mouches mais comme elle n’est encore pas en train d’ovuler, elle refusera tout accouplement avec ses prétendants.

–       L’ovulation ou l’oestrus. Il s’agit de la période pendant laquelle la chienne ovule et peut être fécondée par le mâle. Elle acceptera normalement la saillie…mais pas forcément avec le mâle que vous lui aurez choisi. Cette phase dure 2 à 3 jours et se manifeste par une vulve toujours gonflée mais qui commence à présenter un flétrissement et des pertes vulvaires moins sanguinolentes donc plus claires.

–       Le metoestrus ou diestrus. Si l’ovule a été fécondé, c’est la période de gestation qui commence pour une durée de 57 à 65 jours, autrement dit la période de développement de l’embryon puis du foetus. S’il n’y a pas eu de saillie, l’ovule non fécondé se transforme en corps jaune qui vit le temps d’une durée de gestation.

–       L’anoestrus ou phase de repos de l’appareil génital intervient après la mise bas de la chienne ou après la phase de vie des corps jaunes. Sa durée peut varier de 2 à 9 mois.

L’intervalle entre deux épisodes de chaleur comprenant donc ces deux dernières phases peut varier entre 4 et 13 mois, selon lesraces et les individus.

Attention, la biologie n’est pas une science exacte et certaines chiennes peuvent présenter des cycles différents de ce schéma en 4 étapes, notamment lors des premières chaleurs chez une jeune chienne.

Comment savoir si ma chienne attend des petits

Il n’est pas toujours évident de savoir si votre chienne est réellement gestante mais il existe tout de même un certain nombre de signes de grossesse:

– un écoulement vaginal se produit et les tétines se gonflent environ 1 mois après l’accouplement

– l’appétit de la future maman diminue à la moitié de la grossesse mais ce n’est pas systématique.

– le ventre s’arrondit et le poids de la chienne peut augmenter de 20 à 55%. Cependant, on peut très bien ne rien détecter avant 45 à 50 jours de gestation !

– son comportement peut également changer. Elle peut par exemple passer beaucoup de temps à dormir, notamment en fin de gestation.

Quels contrôles vétérinaires pour ma chienne gestante ?

 Si vous pensez qu’elle attend des bébés, emmenez votre animal en consultation chez le vétérinaire pour confirmer ou infirmer le diagnostic de gestation. Il pourra, si besoin, faire passer des examens de contrôle à votre chienne pour vérifier que le déroulement de la gestation est normal.

L’examen le plus courant est bien évidemment l’échographie, pouvant être utilisé à partir de 21 à 28 jours de gestation. L’échographie est une technique utilisant les ultrasons : elle est donc non invasive mais ne permet pas de déterminer exactement le nombre de chiots dont sera composée la portée.

Le vétérinaire pourra également procéder à une simple palpation de l’abdomen. Si elle est gestante, il sentira que l’utérus  est épaissi et des mouvements à l’intérieur dès le 21 ème jour de grossesse. Les battements de cœurs des chiots seront perceptibles à compter du 25ème jour de gestion à l’aide d’un simple stéthoscope. Mais là encore, cette technique ne permet pas de savoir précisément le nombre de naissances prévues.

Enfin, la radiographie peut permettre de visualiser les squelettes des chiots et de savoir combien de petits votre chienne attend…mais seulement au 45ème voire au 49ème jour de gestation. Cependant, cette technique employant les rayons X n’est pas sans risques pour les chiots à naître.

La gestation de la chienne, les réponses à vos questions :

LES PLANTES TOXIQUES POUR LES CHIENS : CONCLUSION

Page précédente :
Les autres plantes toxiques

Cette liste n’est, bien sûr, pas exhaustive et nous vous conseillons de bien vous renseigner auprès de votre vétérinaire avant de garnir vos vases ou votre jardin. De même, lors de vos promenades, assurez-vous que votre chien puisse s’ébattre sans risque. Si vous n’arrivez pas à identifier une plante, consultez votre pépiniériste.

 

N’essayez en aucun cas de soigner vous-même votre animal si vous pensez qu’il a ingéré une plante toxique. Alertez le plus rapidement possible votre vétérinaire avec, si possible, un échantillon de la plante absorbée. Plusieurs de ces plantes ont un effet rapide et irréversible sur certains organes.

 

Enfin, pour éviter un empoisonnement par les plantes, il ne faut jamais laisser libre champ à un chien pour mâchouiller des plantes. Ceci permet de  lui éviter de mauvaises habitudes,

 

 

Conclusion

CHIENS EN LAISSE : QUE DIT LA LOI ?

Chiens en Laisse : Que dit la loi ?

Législation relative à la tenue des chien en Laisse

Partager :

Les chiens et la laisse dans les lieux publics

Il nous arrive souvent de voir des maîtres laisser librement leur chien gambader durant la promenade dominicale. Ils nous est aussi presque à tous arrivé de voir, ou même, d’être confronté à une morsure, une agression ou tout autre problème causé par un chien trop énergique, fougueux ou amical.

 

Mais que dit le législateur ? Qu’elle sont les obligations du maître quand celui-ci sort son compagnon dans l’espace public ?

Loi N° 83.629 du 12 juillet 1983

 

Dans les lieux publics, ou ouverts au public, les chiens doivent être tenus en laisse.

 

Arrêté du 31 juillet 1989

Chaque année, durant la période comprise entre le 15 avril et le 30 juin, il est interdit de promener des chiens non tenus en laisse dans les bois et forêts en dehors des allées forestières.

Comment laver son chien

bain chien

Voici comment laver son chien en lui donnant un bain :

Choisir le bon shampooing pour chien

Avant tout, vous devez savoir que la peau de votre chien, comme celle de l’homme, est recouverte d’un film cutané qui la protège et permet de résister aux agressions extérieures (froid, humidité, agressions par des bactéries ou des champignons…). Les shampooings destinés aux chiens ont les propriétés physico-chimiques permettant de préserver ce film cutané.

La peau du chien étant plus alcaline que celle de l’homme (pH de 7,5 à 8), on ne doit jamais employer un shampooing « humain ». À chacun son produit de beauté ! De plus, pour choisir le produit le plus adapté à votre chien, vous devez tenir compte de son type de poil : poil long, poil court, poil dur, poil rêche… et savoir que certaines races ont la peau plus sensible que d’autres.

Par exemple, le shampooing à l’huile de vison est particulièrement recommandé pour tous les terriers (Westie, Yorkshire…) dont le poil est court. Cela renforce également, sans les durcir, les poils drus et permet de peigner facilement les poils longs.

Quand et comment laver votre chien ?

Entre le quatrième et le septième mois de son existence, le chiot perd sa toison de « bébé » pour prendre son poil définitif. Vous pouvez le laver dès 2 mois.

Le shampooing ne doit pas être trop fréquent : une fois tous les deux mois est l’idéal. Les « lotions sans rinçage » vous permettront une remise en beauté rapide de votre animal.

Conseils du toiletteur :
– tous les chiens à poil long doivent être peignés avant le bain
– pensez à protéger les yeux et les oreilles du produit
– essuyez bien votre chien après le bain
– habituez-le au séchoir progressivement
– brossez le pelage tous les jours
– préparez également de nombreuses serviettes car, petit ou grand,il se secoue
– attention à l’eau dans les oreilles !
– ne le lavez pas trop souvent
– ne lui coupez pas les « bourres » mais rasez-les
– coupez-lui les poils devant les yeux

Les actions de votre chien vous en apprennent beaucoup sur son humeur. Même si vous ne parlez peut-être pas « chien » couramment (à part la raison de sa salivation), vous devez apprendre comment interpréter le comportement de votre compagnon. Avez-vous déjà vu votre chien lécher certaines textures ou tourner sur lui-même devant vous ? Les raisons pour lesquelles l’état d’esprit ou de santé spécifique du chien le pousse à agir de la sorte sont nombreuses. Dès que vous ferez attention à la façon dont il se comporte, vous pourrez l’aider.

1. Mauvaise haleine

Les chiens ne sont pas réputés pour leur haleine fraîche, mais si vous remarquez un net changement avec éventuellement une légère halitose, il peut être temps de rendre visite à votre vétérinaire. Votre chien peut souffrir d’un problème bucco-dentaire.

Une modification de l’odeur de l’haleine de votre chien peut également être le signe d’un souci au niveau du tube digestif, du foie ou des reins. Si l’haleine de votre animal sent l’urine par exemple, cela pourrait être le symptôme d’un problème rénal. Une haleine à l’odeur douceâtre est le signe que votre chien peut souffrir de diabète (particulièrement s’il boit davantage d’eau et urine plus souvent). Il peut sembler heureux en général, mais si son haleine a changé, faites attention, et prévenez votre vétérinaire.

2. Morsure

Les chiots peuvent pincer lorsqu’ils apprennent à communiquer avec leur maître. Cela se produit généralement lors du jeu, car les jeunes chiens communiquent souvent avec la bouche lorsqu’ils interagissent. Cela peut également arriver pendant l’entraînement, ou pour une raison que vous ne pouvez simplement pas identifier. Toutefois, si votre chiot pince souvent, il est important de mettre fin à cette habitude avant qu’elle ne devienne un comportement problématique à long terme.

Les chiens mordent par anxiété, par peur ou en réponse à une agression. Pouvez-vous déterminer pourquoi votre chien mord ? Son humeur influence-t-elle ses actes ? Si vous avez du mal à apprendre à votre chien à ne pas pincer, envisagez de travailler avec un éducateur professionnel, ou mieux encore, un comportementaliste animalier. Votre vétérinaire devrait pouvoir vous en recommander un.

3. Tourner en rond

Les chiens qui tournent sans arrêt en rond peuvent avoir un problème de santé. Même si c’est parfois amusant de courir après sa queue, il peut exister un problème sous-jacent si votre chiot ne peut s’empêcher de le faire. Des infections de l’oreille peuvent provoquer ce phénomène, mais essayer de s’attraper la queue peut être un comportement compulsif chez les bull terriers.

Votre compagnon peut évidemment tourner sur lui-même pour d’autres raisons. Les chiens plus âgés peuvent souffrir d’un syndrome vestibulaire idiopathique, sans oublier (sans vouloir vous alarmer) que tous les chiens sont exposés à un risque d’empoisonnement ou de tumeur cérébrale. Seul votre vétérinaire peut déterminer la cause du comportement de votre chien, alors emmenez-le chez lui pour un contrôle.

4. Creuser

Les chiens creusent pour de nombreuses raisons : pour s’enfuir, pister des animaux, se coucher au frais ou cacher un objet précieux à leurs yeux. Toutefois, certains chiens « creusent » aussi à l’intérieur. Avez-vous déjà vu votre chien gratter sa couverture ou le divan pour trouver l’endroit idéal où se coucher ? Ce comportement survient généralement le soir ou à l’heure de la sieste et est tout à fait normal.

Si ces grattement commencent à devenir ennuyeux ou à endommager vos meubles, envisagez de travailler avec un éducateur professionnel pour atténuer cette habitude.

5. Coprophagie

« Les chiens mangent leurs excréments pour de nombreuses raisons. Il peut s’agir d’un comportement canin normal (même s’il nous paraît dégoûtant). Les jeunes chiens regardent leur mère les nettoyer (et donc ingérer leurs excréments) et l’imitent. La peur peut pousser votre chien à manger ses excréments s’il craint des répercussions.

Encore une fois, il peut aussi tout simplement être curieux. Il peut sentir certaines odeurs dans les excréments et se demander quel goût ça a. »

Manger ses excréments peut également constituer une solution instinctive à une carence alimentaire. Veillez à nourrir votre chien avec une alimentation bien équilibrée telle que Hill’s™ Ideal Balance™, afin de pouvoir totalement exclure la carence alimentaire des causes de ce comportement. Contactez votre vétérinaire, particulièrement si votre chien perd également du poids.

6. Appuyer la tête

Si vous voyez votre chien appuyer la tête contre le mur ou tout autre objet dur, vous devez vous en inquiétez immédiatement. Ce comportement est un symptôme courant de nombreux problèmes graves, comme un empoisonnement ou une affection cérébrale. Prenez directement rendez-vous chez votre vétérinaire.

7. Halètement

Les chiens évacuent la majeure partie de leur chaleur corporelle par la bouche. Si votre chien halète, il a probablement trop chaud et régule sa température. Toutefois, il est important d’être attentif au halètement, car il peut également être le signe d’une souffrance. Aidez votre compagnon à réguler sa température et veillez à ce qu’il soit bien hydraté avant toute activité physique, en particulier quand le temps se réchauffe. Si votre chien a été blessé, emmenez-le immédiatement chez le vétérinaire. Certains problèmes de santé peuvent également se traduire par un halètement accru. N’hésitez donc pas à contacter votre vétérinaire en cas de doute.

8. S’asseoir sur vos pieds ou entre vos jambes

Ce comportement est souvent interprété à tort comme une marque de possessivité, mais il s’agit la plupart du temps d’un signe d’anxiété ou de nervosité. La « dominance » est rarement le problème, votre chien essaie probablement de se rassurer en se collant à vous.

L’anxiété dépasse généralement le cadre de l’aide qu’un éducateur canin peut vous apporter, alors discutez de ce comportement avec votre vétérinaire et voyez si un suivi par un comportementaliste animalier pourrait aider votre compagnon.

9. Le « traîneau »

« Avez-vous déjà vu votre chien se déplacer en traînant son arrière-train au sol ? Cela peut paraître amusant (ou un peu dégoûtant). Ce comportement s’appelle « faire le traîneau ». Il peut signifier que quelque chose irrite l’anus de votre compagnon. Il se peut que les sacs anaux de votre chien soient pleins et doivent être vidés.

Si ce n’est pas le cas, le problème pourrait venir d’une irritation due à une autre cause. Des allergies peuvent se manifester uniquement par des démangeaisons au niveau de l’arrière-train. Même s’il est courant d’accuser les vers, la raison de ce comportement peut ne pas être aussi évidente. Consultez votre vétérinaire pour vous assurer que le traitement antiparasite de votre compagnon est adapté.

Enfin, un chien qui mange de l’herbe ou aime lécher un peu partout dans la maison peut avoir des brins d’herbe ou des cheveux coincés dans l’anus et donc se frotter par terre pour essayer de s’en débarrasser. C’est la raison la moins grave du comportement dit « du traîneau » et la plus simple à traiter pour vous.

10. Uriner

Si votre chien est propre, vous pouvez être surpris de le voir uriner à l’intérieur. Le comportement d’un chien change rarement sans raison. Un chien initialement propre qui commence brusquement à uriner à l’intérieur requiert votre attention immédiate ! C’est un signe qui indique que quelque chose ne va pas du tout chez votre compagnon, et s’il se soulage souvent (même là où il faut), cela peut être le symptôme d’une infection des voies urinaires, de la vessie ou des reins. Chez un chien plus âgé, cela peut même s’avérer le signe d’une démence.

11. Bâillements

Même si vous pouvez croire que votre compagnon a sommeil, le bâillement chez le chien ne signifie généralement pas qu’il est fatigué. Il peut avoir envie de faire la sieste, mais il peut également exprimer de la peur ou du stress. Si votre chien semble bâiller plus souvent en présence d’une nouvelle personne, ne précipitez pas les présentations. Soit il ressent des « vibrations » qui le mettent mal à l’aise, soit il a peur pour une raison moins évidente. Dans tous les cas, des présentations forcées ne sont pas une bonne idée.

12. L’anxiété s’exprime de nombreuses façons

Selon PetMD, les signes de l’anxiété comprennent les tremblements, la queue entre les pattes, des comportements de fuite, la défécation à l’intérieur, se mordre ou se blesser, les aboiements, etc.

Étant par nature un animal de meute, votre chien peut avoir peur quand il se retrouve seul. Si le stress de séparation est un problème chronique chez votre chien, vous devrez tous deux apprendre à créer un environnement détendu quand vous quittez la maison. Pensez à emmener votre compagnon pour une longue promenade ou à jouer à un jeu énergique dans votre jardin pour le défouler avant de partir. Ne faites pas toute une histoire de votre départ. Si le stress de la séparation reste un problème, envisagez de consulter un professionnel qui pourra appliquer une approche comportementaliste.

Si votre chien affiche l’un de ces comportements, et que ce n’est pas normal pour lui, n’hésitez pas à prendre rendez-vous chez son vétérinaire pour exclure tout problème médical systémique. Un chien sociable et extrêmement énergique ne devient pas subitement léthargique et réservé. Si c’est le cas, il demande de l’aide.

L’importance de la vaccination chez le chien

La vaccination n’est pas un acte anodin. Il s’agit d’un acte médical qui doit s’adresser à des sujets en bonne santé. Il y a donc lieu à cette occasion, de faire pratiquer un examen médical sur votre chien et de penser à signaler à votre vétérinaired’éventuels problèmes survenus au cours des derniers mois.

A la différence de l’Homme, quand un chien rencontre des problèmes de santé, il ne peut pas s’exprimer. La consultation vaccinale est donc un moment important au cours duquel le vétérinaire réalisera un bilan de santé. C’est au cours de cette consultation qu’il pourra détecter les faiblesses physiologiques inhérentes à chaque race canine ainsi que les pathologies naissantes qui, sans cet acte préventif, peuvent être fatales. Il ne faut pas oublier qu’une année, c’est beaucoup dans la vie d’un chien…

Ainsi, chaque chien étant unique, le vétérinaire doit étudier ses facteurs de risque propres : âge, race, activités, vie sociale et proposera un programme de vaccination adapté en tenant compte des dernières données scientifiques concernant les vaccins.

Enfin, il convient de signaler également que l’efficacité d’un vaccin peut être diminuée si votre chien est fortement parasité. Pensez donc à le vermifuger dans les jours qui précèdent la visite vaccinale.

En général, l’injection est parfaitement bien tolérée chez le chien. Toutefois, dans de rares cas, on peut observer une fatigue passagère ou l’apparition d’un petit œdèmeau point d’injection, qui disparaît en quelques jours. C’est pourquoi il est recommandé de laisser votre chien au repos pendant les 24 heures qui suivent une injection vaccinale.

Avoir un chien que ce soit nouveau ou non dans la famille demande une certaine organisation et des connaissances. Avoir un chiot demande une attention particulière afin de le lancer dans la vie sur de bonnes bases solides.

Voici quelques conseils afin de bien démarrer.

 

Avant son arrivée

Il est important de préparer l’arrivée de votre nouveau compagnon à quatre pattes. Il lui faudra aménager un endroit rien qu’à lui avec une couchette : un tapis, un coussin ou un panier. Il sera placé dans un endroit calme sans trop de passage. Il sera également nécessaire de décider où l’animal pourra circuler. Un chiot qui reçoit des ordres contraires ne comprendra pas ce que vous lui voulez. Vous pouvez ainsi lui refuser l’accès à l’étage, aux chambres ou même encore le salon si vous le souhaitez. Choisissez également un endroit de repas où il aura toujours de l’eau propre à disposition.

(suite…)

|